You are hereExpositions permanentes / Exposition paléontologique

Exposition paléontologique


Version imprimableVersion imprimableSend to friendSend to friend

    L'exposition paléontologique nous raconte l'histoire de la vie sur notre planète, depuis ses débuts jusqu'à nos jours. Les profondeurs de la terre conservent des traces de ces ages anciens sous la forme de restes fossilisés d'animaux éteints et de plantes préservées dans la roche. L'exposition est organisée selon la division de l'histoire terrestre en ères et périodes. Chaque section correspond à une période distincte dans les chroniques de l'histoire de la terre.

    L'exposition commence avec les éons archéen et protérozoïque, qui commencent 4,6 milliards d'années en arrière. Depuis son origine, la surface de la terre s'est refroidie progressivement pour former une couche solide : la croûte terrestre. Puis apparurent las mes et les océans qui formèrent le berceau de la vie. Les bactéries et les organismes monocellulaires furent les premiers et les plus élémentaires êtres vivants sur terre. En général, ils ne se sont pas conservés en tant que fossiles. Cependant des preuves indirectes de leur existence apparaissent : un minéral carbonique appelé shungite et formé des restes des premiers organisme est présenté. Les stromatolites issus des cyanobactéries ou algues bleu-vert sont plus fréquents. Les premiers organismes multicellulaires se sont répandus à la toute fin du protérozoïque : l'ediacarien.

    Ensuite, l'ère paléozoïque dura 335 millions d'années. Pendant ce temps, l'écorce terrestre connut des événements majeurs : la configuration des océans et des terres changea pendant que les massifs montagneux se dressèrent et disparurent au fil des temps. Tout ceci eut une influence sur le climat tant au niveau global que local. Une grande diversité animale caractérisa les mer du cambrien : de nombreux trilobites arpentaient les fonds marins. En contraste avec les créatures molles du pré-cambrien, les animaux à squelettes évoluèrent à cette période. Leurs parties dures (coquilles et divers éléments protecteurs du corps) furent assez durables pour se préserver au travers de centaines de millions d'années. Mais l'exosquelette ne fut pas toujours une protection efficace des arthropodes contre d'avides prédateurs comme l' Anomalocaris.

    La période suivante de l'histoire de la terre se caractérise par divers animaux marins : mollusque, brachiopodes, coraux, éponges et scorpions de mer. Les mollusques céphalopodes, des ancêtres des calmars et pieuvres, étaient des nageurs agiles. Leurs coquilles droites ou torsadées se retrouvent dans des calcaires formés durant l'ordovicien et le silurien. La diversité des trilobites devint impressionnante, certains d'entre eux ayant développé la capacité à s'enrouler pour protéger leur ventre vulnérable.

    Durant le dévonien, l'actuel territoire de la Lettonie était proche de l'équateur. Les roches du dévonien contiennent divers fossiles de brachiopodes et de mollusques. On y trouve même des restes de plantes de cette période. Les vitrines du sol sont consacrées aux “maîtres du monde” de cette période : les poissons. La plupart des spécimens présentés ici ont été découverts en Lettonie dans des roches qui se sont formées il y a 360 à 410 millions d'années. Les poissons cuirassés sont un groupe particulier : les corps de ces poissons sont couverts de grandes plaques osseuses. La carrière d'argile de Lode, dans le nord-est de la Lettonie, a révélé des fossiles très bien préservés du poissoncuirassé Asterolepis ornata.

    Les poissons à nageoires lobées sont une étape cruciale de l'évolution car, à la fin du dévonien, ils donneront naissance au groupe des premiers animaux à quatre pattes (tétrapodes). Panderichthys est considéré comme le plus broche ancêtre de la branche de l'évolution conduisant aux tétrapodes dont le groupe inclut de nos jours les amphibiens, les reptiles, les oiseaux et les mammifères dont nous faisons partie.

    D'immenses dépôts de charbon se formèrent durant le carbonifère. Les forêts de fougères géantes de 30 à 40 mètres et d'ancêtres des prêles et lycopodes étaient fréquentes. Les zones humides étaient peuplées d'amphibiens.

    Les reptiles du permien furent les premiers vertébrés dont l'existence et la reproduction ne reposaient pas sur la présence de bassins aquatiques. Cette adaptation dans l'évolution leur permit une grande répartition sur le monde entier. Les poissons palaéonisques sont typiques de cette période. La fin du permien connut l'une des plus remarquables extinctions dans l'histoire de notre planète : près de 90% des invertébrés marins disparurent en un très bref laps de temps.

    L'ère mésozoïque commence avec le trias qui fut très différent des périodes précédentes. Le climat tourna à la sécheresse. Ceci eut une influence majeure sur la répartition des forêts. Les reptiles conquirent la terre en présentant une grande diversité de formes et de stratégies vitales. Le coelophysis est représentatif des dinosaures du trias : ce bipède faisait environ 3,50 mètres de long. Il est accompagné d'un reptile à l'allure de mammifère,  le Placerias. C'était le plus grand herbivore de cette période. Vous pouvez comparer votre taille de chaussure avec l'empreinte d'un dinosaure (vitrine dans le sol).

    Le mésozoïque est généralement décrit comme une période florissante pour les reptiles, mais les mammifères et les oiseaux se développèrent en même temps. Le jurassique est célèbre pour sa grande variété de dinosaures. Les mollusques (ammonites et bélemnites) ne manquent pas d'intérêt non plus. Dans le passé, les fossiles de bélemnites étaient appelés “orteils du diable”. L'exposition présente quelques ammonites jurassiques du sud-ouest de la Lettonie. Peloneustes est le seul reptile jurassique découvert sur le territoire letton.

    Les dinosaures à cornes comme le Tricératops présenté ici étaient très divers durant le crétacé. Le plus grand carnivore de l'histoire terrestre était le Tyrannosaure de six mètres de haut et armé d'un grand nombre d'immenses dents acérées. De petits fragments de ces dents sont exposés. A la fin du crétacé, une grande part des espèces de reptiles et d'animaux marins disparurent. Selon les opinions des scientifiques, un impact d'astéroïde et une intense activité volcanique sont à l'origine de cette extinction massive il y a  65 millions d'années. Cette rupture offrit de nouveaux défis mais aussi de nouvelles possibilités pour les survivants : au début du cénozoïque, un groupe de mammifères modernes se développa : les proboscides, les ongulés, les carnivores, les primates et bien d'autres apparurent.

    Le paléogène se caractérisa par une grande diversité de mollusques dont les coquilles se sont très bien préservées. Les eaux chaudes favorisèrent le développement des oursins et des coraux modernes. Un immense rhinocéros sans corne, l'indricotherium peuplait l'Asie. Cet animal faisait 6 mètres de haut et pouvait atteindre 9 mètres de long.

    Au néogène, le climat se rafraîchit et les plantes adaptées à un climat chaud se retirèrent au sud. Les types d'arbres tels les palmiers se raréfièrent en Europe pendant que d'autres variétés apparurent (chênes, érables, marronniers et conifères). Des animaux tels que l'élan, le cerf et le sangliers apparurent, ainsi que des proboscides.

    Le quaternaire se distingue remarquablement des autres périodes de l'histoire terrestre : l'hémisphère nord connut des alternances de périodes glaciaires et interglaciaires. Au sud des glaciers, une faune spécifique peuplait la steppe-toundra (un type d'habitat naturel disparu). Les mammouths et rhinocéros laineux étaient les plus gros animaux. Leur longue fourrure leur permettait de survivre dans un climat extrême. Des restes de ces animaux ont été retrouvés en Lettonie.

    Après la fin de l'age glaciaire, le renne, le bison européen et l'auroch peuplaient la Lettonie. Leurs ossements sont préservés dans les dépôts les plus récents.

 

 

  • Gada dzīvnieks
  • Muzeja 165. jubilejas izstādes stāsti
  • Audiogids Dabas muzejā
  • Daba pilsētas sirdī. Video
  • 360 virtual tour

Rechercher